The Promised Neverland, un succès mérité ?

Salut les amis j’espère que vous allez bien ?

Cela faisait un moment que je n’avais pas lu de manga. Et bien évidemment je n’ai pas pu passer à côté de celui qui fait le plus parler en ce moment et pas seulement par les fans de manga : The Promised Nerveland. Alors qu’est-ce qu’il vaut ?

Il s’agit d’un manga Shonen japonais en cours de parution. Il a été créé en 2016 par Shirai Kaiu au scénario et Demezu Posuka aux dessins. En France, il est édité par Kazé. Vous le trouverez au prix de 6,79€. Grâce au succès au Japon comme en France, le manga a été adapté en animé. Vous pouvez le voir sur le site Wakanim.

Fiche complète par ici.

P.S :  plus je me relis plus je trouve que mon résumé est un peu trop parlant, alors si vous voulez découvrir ce manga sans savoir de quoi ça parle allez directement à mon avis (Ce que j’en ai pensé).

2039, dans un Orphelinat nommé the Grace Field Housse cohabite 38 enfants et une adulte qu’ils nomment maman. Ces enfants se considèrent tous comme des frères et sœurs. Pourtant, ils proviennent d’un peu partout dans le monde et ont des origines très différentes les uns des autres. Mais qu’importe, ils se considèrent tous comme étant de la même famille. Parmi eux, Emma, Norman et Ray les trois enfants les plus âgés, 11 ans, mais également les plus intelligents de l’orphelinat. Au premier abord, tout se passe pour le mieux, les enfants sont joyeux et insouciants. Ils suivent quotidiennement des cours intensifs et passe le reste de leurs temps à s’amuser. Il y émane un havre de paix à l’exception d’une chose. Ils n’ont pas le droit de se diriger vers l’extérieur de l’orphelinat délimité par un portail inviolable. D’après leur mère, l’extérieur est beaucoup trop dangereux. Ils n’ont donc jamais mis les pieds en dehors de leur orphelinat. Les seules choses qu’ils savent de ce qui se trouve de l’autre côté des murs, leur vient des livres qui les documente sur le monde extérieur.

Seulement, un jour, alors qu’ils venaient de faire leur adieu à une de leurs sœurs sélectionnées pour une adoption, Emma et Norman ont fait une terrible découverte. Ce soir-là, leurs certitudes sont tombées à l’eau. Ils ont fait violemment face à la vérité. Une vérité dont ils étaient loin de se douter, ni même de s’imaginer. Leur mère n’est pas celle qu’ils croyaient et eux, ils ne sont pas de simples orphelins pour le monde extérieur. Tout n’est qu’une mascarade, un faux semblant, un énorme mensonge. Maintenant qu’ils sont au courant de la vérité, ils commencent à se poser des questions sur ce soit disons orphelinat et se rendent vite compte que tout ce qu’ils savent du monde extérieur se limite à l’année 2015 au plus tard. Ils sont en 2039 et ignorent ce qu’est devenu le monde depuis. Cependant, Norman et Emma sont certains d’une chose : l’être humain n’est peut-être plus le seul à cohabiter sur terre. Il ne reste plus qu’à trouver un moyen de s’évader de l’orphelinat.

« Rien ne se sera jamais plus comme avant et cette mère que nous aimons tant, n’existe plus à nos yeux. »

Je savais plus ou moins ce qui m’attendais grâce au divers avis qui circulent sur le web, tout en évitant un maximum les résumés trop spoilant. J’étais loin, mais alors loin du compte. Dès le premier chapitre j’ai su que ce manga allait me plaire. Le succès est clairement mérité, c’est indéniable. Et bien que les dessins puissent laisser penser qu’il s’agit d’une histoire enfantine, ce que je croyais au départ, il n’en ai rien. C’est à ne surtout pas mettre entre les mains des plus jeunes. On se rend vite compte qu’on est dans un univers futuriste qui est différent de ce que l’on connait.

« La vérité est toujours bien cruelle… La dure réalité… Et que nous somme… »

« Maman » un personnage énigmatique.

La surprise fut telle que j’ai très vite compris l’engouement pour ce manga. Ce personnage « maman » c’est un sacré personnage. Tout en sachant qu’elle jouait les doubles jeux, j’ignorais pourquoi et j’étais loin de me douter de la raison pour laquelle, elle prétendait ne pas être celle qu’elle était.

Finalement, dans ce début de manga, nous allons suivre les orphelins dans leur tentative d’évasion, tout en sachant pertinemment que même s’ils réussissent, rien de bon les attend à l’extérieur. J’aimerais tellement vous dire les raisons qui poussent ces enfants de moins de 12 ans à t’en vouloir s’enfuir de l’orphelinat dans lequel jusque-là, il pensait y vivre paisiblement. Même si nous connaissons assez rapidement la raison (dès le premier chapitre), le mieux c’est quand même de le découvrir soit même, car croyais-moi vous ne serait pas prêts. J’avais ma petite idée certes, mais je ne l’imaginais pas aussi cruel. On se laisse attendrir par de jeunes personnages, des dessins plutôt enfantins et mignon alors forcément je ne me suis pas douté une seule seconde qu’en réalité ce manga n’est pas fait pour un jeune public.

Les orphelins sont très intelligents. Ils comprennent assez rapidement les paramètre à mettre en place pour leur évasion. Mais ils ont face à eux un être tout aussi intelligent, voir plus intelligent, dont ils ignorent tout et qui ne laisse rien paraitre. Si par moment je trouvais que les choses coulaient de source et étaient assez évidentes. À d’autres moments, j’ai tout de même été surprise par le dérouler de l’histoire et de ces quelques rebondissements.

Un message caché ?

Plus qu’un simple manga de divertissement, il fait également énormément réfléchir. Dit comme cela, vous ne comprenez certainement pas où je veux en venir et pourtant.. dès le début, j’ai su et compris le message qu’il prônait. Je dirais même que j’étais ravie, car le manga, et en particulier en France, est très populaire. Il est donc un excellent outil pour diffuser un message engagé. Je ne sais pas si dans la tête de l’auteur il y avait cette nécessité de faire passer un message mais quelque chose me dit que oui. On comprend assez rapidement la morale de ce manga. Pour ma part, j’ai adoré même si je lui reproche de se lire beaucoup trop rapidement. J’ai dévoré les deux premiers tomes à une vitesse que moi-même je n’avais jamais atteint pour un manga. Et comme à chaque fin de tome, on est incapable de s’arrêter et on veut toujours savoir la suite de l’histoire. Je me demande si on aura affaire à une longue série de manga ou pas. Je ne suis pas fane des mangas trop longs donc j’espère qu’il ne va pas trop s’éterniser, mais je pense qu’il y a de quoi faire plusieurs tomes.

J’ai trouvé que cette histoire était un mélange entre Miss Peregrine et les enfants particuliers (Ransom Riggs) et l’Épreuve (James Dashner). Si ces deux sagas vous ont plus je pense que « The Promise Neverland » pourrait vous plaire. Et si comme moi vous êtes une personne qui a tendance à s’éloigner des choses les plus populaires et qui font le buzz, faites abstraction de cela. Je vous dis ça, car à force de voir ce manga de partout j’en avais marre. Mais bon… Kazé a sorti les grands moyens pour promouvoir ce manga, qui, au fond, le mérite sincèrement.

Merci d’avoir lu cette chronique jusqu’au bout et à très bientôt sur le blog. N’hésitez pas à me rejoindre sur les réseaux sociaux et à vous abonner au blog pour ne rien manquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *