Le jour où j’ai cessé d’écrire

 

« Parce qu’écrire a donné du sens à ma vie. Au cas où vous ne l’auriez pas encore remarqué, la vie, d’une manière générale, n’a pas de sens. Sauf si vous vous efforcez de lui en donner un et que vous vous battez chaque jour que Dieu fait pour atteindre ce but. (… )  Etre écrivain c’est être vivant ». (La vérité sur l’affaire Harry Quebert – Joel Dicker).

 

Salut les amis, j’espère que vous allez bien ?

Comment vous expliquer ce qui m’est arrivé ces derniers temps ? Ça nécessite une petite rétrospective. J’ai pour Pseudo Effy Dreams, mais vous pouvez m’appeler Effy. Il y a plus d’un an de cela, j’ai créé mon tout premier blog sur Wordress.com : Welcome Buddies. J’y parlais principalement de livres, mais également de films et de séries TV. Bien que je n’y fusse pas très régulière, j’en étais très fière car pour une fois, je concrétisais une idée qui me trottait dans la tête depuis pas mal de temps. Je m’étais enfin lancé dans l’aventure.  Un comble quelques mois plus tard lorsque je ne pus plus lire et mis le blog en suspend durant plusieurs semaines. Je me suis donc exprimé pour la première fois sur cette situation et reçu d’ailleurs de très bon conseil de mes lecteurs. Merci à vous !

Décidé à lire à nouveau, c’était également l’occasion de reprendre le blog là où je l’avais laissé et de tout reprendre à Zéro. Je suis comme ça, j’aime le changement, en particulier lorsqu’il s’agit d’un retour :  du nom du blog, jusqu’au design et aux contenus mettant le milieu du livre en priorité. Le site sur lequel vous êtes actuellement, résulte justement de ce changement. Qu’en pensez-vous ? Enfin Bref, J’écrivais, je lisais, mon nouveau blog se concrétisait, j’étais pleinement satisfaite et heureuse en attendant d’écrire à nouveau sur mes lectures.

Seulement l’inattendu arriva. En cette date du 30 octobre 2017, j’appris une terrible nouvelle. Le genre de nouvelle qui vous marque à vie. Une lueur en moi s’est éteinte à jamais ce jour-là. Ma paisible existence bascula du jour au lendemain.

Autant vous dire que le blog, c’est à peine si j’y pensais. Tout ce qui m’importait était de me vider l’esprit, de penser à autre chose, de m’évader. Alors aussi inattendu qu’il soit, la lecture fut mon salut. Dès lors, je me mis à le lire durant des heures et des heures, enchainant roman sur roman. Plus je m’immergeais dans mes lectures et plus j’avais cette impression de m’évader, de voyager à travers mes lectures, d’oublier durant un bref instant ma tristesse.

Puisque j’étais capable de dévorer des livres, je ressentais peu à peu le besoin d’en parler. De vous en parler. Alors après des mois sans écrire, j’ouvris un jour mon ordinateur, prête à vous raconter ma dernière lecture en cours, mais là… ce fut le drame. Je n’étais pas capable d’aligner un seul mot, incapable de trouver des phrases justes, incapable de penser à ma lecture.

D’ordre général, je m’isole un peu de toute distraction lorsque j’écris. J’enfile mes écouteurs et je fais tourner une Playlist Spotify, réservé à ces moments d’immersions totales. J’oscille généralement entre une playsilt chill que j’ai créé et la « Deep Focus » de Spotify. (Essayez-la, elle est très immersive).

Malheureusement, la seule chose qui me traversait l’esprit était cette terrible journée du 30 octobre. Contrairement à la lecture, l’écriture ne m’a pas permis de m’évader, bien au contraire, elle m’a connecté avec mon moi intérieur. Pour moi, écrire pour le blog nécessite que je réfléchisse, que je me rappelle de mes lectures. Seulement, je n’arrivais pas organiser mes idées car elle était obscurcie par des souvenirs beaucoup moins joyeux que mes lectures. Alors, ce jour-là, je fermis mon ordinateur et je me remis à lire et l’envie d’écrire disparu.

Les mois passèrent, et je ne trouvais toujours pas le courage d’écrire, mais au coin, de ma tête je repensais à cette promesse que j’avais faite d’être plus régulière, d’un blog tout nouveau, tout beau, tout neuf et j’avais de plus en plus ce sentiment que j’avais échoué, que je vous avais abonné. Même si je débutais et j’avais peu de lecteurs, je souhaitais tellement respecter cette promesse que j’avais l’impression d’être face à un énorme mur qui me bloquait. Je me disais que je ne pouvais pas revenir tant que je n’avais pas respecté ma promesse sinon ce serait une défaite et plus j’y pensais, plus je paniquais et moins j’écrivais.

C’est idiot n’est-ce pas ? Les gens ont n’en pourtant rien à faire de tout ça. Il me suffisait simplement d’écrire et de publier. Il n’y a pas plus compliqué. Mais rien n’y fait, je perdis l’envie d’écrire à nouveau.

Ne serait-ce pas une sorte de « syndrome de la page blanche ? » Je ne prêtant pas être écrivains OH non, je suis loin de l’être mais cette situation me rappelait vaguement cet état d’esprit dont les écrivains souffrent par peur de ne pas écrire aussi bien que leur premier roman.

Vais-je enfin réussir à concilier lecture et écriture ? À voir dans les prochains mois. Seulement, cette fois, je ne vous ferais aucune promesse. Je ne vous promets pas de publier régulièrement et de lire des dizaines de romans par mois pour vous les présenter. Non je ne ferais pas cela, mais si vous voulez tout de même me suivre, je ferais en sorte de me montrer tel que je suis. J’ai le sentiment de retrouver enfin la sensation que me procurait mon blog à mes débuts et ce qui est certain c’est que je prends à nouveau plaisir à écrire pour le blog. Et ça, c’est tout ce qui m’importe actuellement 😃

 

Chers amis… ! Je suis ravie de revenir parmi vous.

Merci d’avoir lu cette chronique et à très bientôt sur le blog 😉

N’hésiter à me suivre sur mes différents réseaux sociaux pour ne rien manquer

Des bisous, Effy Dreams

 

 

 

2 Commentaires

  1. octobre 4, 2018 / 8:57

    Ma chère Effy,

    J’ai lu ton post d’une traite et j’ai senti l’émotion s’amplifier à chaque ligne, paragraphe. Les mots me manquent pour te dire ce que je pense donc j’espère parvenir à rester claire malgré tout.

    Tu sais toute l’affection que je te porte et le plaisir que je ressens dès que je peux lire tes articles alors tu imagines combien celui-ci me touche particulièrement. Je suis de tout cœur avec toi dans toutes les épreuves que tu traverses et je tiens à te dire que je trouve courageuse de t’ouvrir comme ça, sans rien chercher à dissimuler, juste en écrivant avec ton cœur.

    Ne te mets surtout pas la pression pour le blog, l’écriture et la lecture, elles doivent rester un plaisir avant tout, pour toi d’abord, pour les autres ensuite. Cependant, j’espère que tu parviendras à coucher tes pensées sans être perturbée par le (terrible) syndrome de la page blanche. Je comprends ton ressenti, il ne faut pas chercher à forcer, l’inspiration vient quand elle vient et si le mental ne suit pas, il a ses raisons.

    En tout cas, sache que je pense fort à toi ❤ J’en profite aussi pour le répéter mais j’adore la nouvelle mise en page du blog, c’est magnifique, on dirait vraiment un livre. Je suis fan !

    • octobre 4, 2018 / 3:30

      Merci pour ce joli message, ça me touche énormément. Sache que tu es une personne qui compte beaucoup pour moi, l’une de mes plus belles rencontres et ton affection me va droit au cœur <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *